Brexit : Britanniques, virés des institutions européennes ?

Brexit, Dossier Spécial
USF

Que va devenir le millier de fonctionnaires britanniques des institutions européennes ? Ce sera un des (nombreux) points à trancher lors des négociations. Ils sont 1 126 très exactement. Un peu plus d’un millier de Britanniques à s’activer dans les institutions européennes. Que vont-ils devenir ?

À première vue, leur départ, dès la sortie effective du pays de l’Union européenne – prévu dans deux ans au minimum – semble l’issue la plus logique. Sauf que l’Union européenne ne peut s’en détacher si facilement. Ne serait-ce que pour des questions linguistiques. L’anglais continuera d’être une des langues officielles de l’Union européenne (où l’Irlande reste membre) et il faudra bien des traducteurs de langue maternelle anglaise pour faire face à la quantité de documents législatifs et de communications produits chaque année par les institutions. Mais les traducteurs britanniques ne sont que 137. Que faire des 989 autres fonctionnaires ? Pour la Commission, leur statut les protège d’un Brexit. “Vous avez laissé vos chapeaux nationaux à la porte lorsque vous êtes entrés dans cette institution. Aujourd’hui, cette porte ne se referme pas sur vous”, a indiqué dans un message interne à tous les fonctionnaires Jean-Claude Juncker. Un argument discutable quand on sait la relation souvent forte qui lie les fonctionnaires britanniques à Londres.

Dans les couloirs, on avance aussi l’argument juridique pour défendre le maintien des fonctionnaires. “Aucune règle juridique n’indique que lorsqu’un pays sort de l’UE, les fonctionnaires doivent sortir aussi”, plaide une source européenne. Et c’est vrai. “En principe, ils sont entrés par concours dans l’UE comme faisant partie d’un État membre, ils ne peuvent en sortir que par décision expresse des institutions européennes”, explique Félix Géradon, secrétaire général adjoint de l’Union syndicale, un des syndicats de la fonction publique européenne. Or, pour l’instant, Jean-Claude Juncker comme Martin Schulz et la direction du Conseil de l’Union européenne ont exprimé leur volonté de garder leurs fonctionnaires et feront peser cette question dans les négociations. Mais est-ce à dire que tous les Britanniques resteront à Bruxelles ?

Par : Loreline Merelle
Pour en savoir plus sur le Brexit et le sort des fonctionnaires britanniques au sein des institutions européennes, lisez la suite de l’article sur Le Point.

Peut-être aussi intéressant

Prenez grand soin de vos oreilles !
USB - Commission

L’Union Syndicale vient d’accompagner une demande de reconnaissance de maladie professionnelle pour un collègue souffrant d’acouphènes et d’hyperacousie

Lire plus
Fonds de prévoyance: faites attention!
USB

Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation actuelle alarmante et scandaleuse concernant les pertes sur vos cotisations à la Caisse de Prévoyance (« Provident Fund »)

Lire plus
Faire face aux incertitudes
USB - Agences

Le projet de réduction progressive des postes d’AC (agent contractuel) au sein de l’Agence de l’Union européenne pour l’asile (AUEA) au cours des prochaines années a suscité l’inquiétude du personnel et des syndicats.

Lire plus