Problème de santé auditive pour nos interprètes

Conditions de travail, Dossier Spécial
USB

L’UNION SYNDICALE DEMANDE UNE INTERVENTION DE LA COMMISSION

Bruxelles, le 3 octobre 2022

Les interprètes de la Commission européenne, du Parlement européen et indépendants, se sont réunis en Assemblée générale le 16 septembre 2022. L’objectif de cette assemblée étant d’élaborer une résolution destinée au Président de la Commission pour exiger une solution au problème croissant de l’utilisation des soi-disant « plateformes d’interprétation ».

Car depuis deux ans, du fait de la Covid, les interprètes travaillent en partie en mode interprétation à distance au moyen d’outils numériques qui sont loin d’être au point. La qualité de son ni fiable ni stable pendant les réunions sur plateforme ne permet pas aux interprètes de travailler sans s’exposer à un mauvais son dangereux. Souvent, il ne peut être rendu clair que si le volume est trop élevé, ce qui aggrave davantage les problèmes. Le manque de discipline des utilisateurs de ces plateformes, un matériel de qualité inadéquate ou le fait de se connecter à partir de lieux inappropriés ne font qu’aggraver le problème…

Les interprètes du Parlement européen sont, pour toutes ces raisons, en grèves partielle depuis juin 2022.

Côté Commission, l’absence de mesures de prévention a d’ores et déjà eu un impact sur la santé d’un certain nombre d’interprètes puisque certains d’entre eux ont souffert d’atteintes importantes à leur santé auditive et de désordre physiques et psychologiques.

Les autres s’interrogent, car ils observent des problèmes de l’appareil auditif, mais ne reçoivent aucun suivi individuel.

Au niveau institutionnel, la profession n’a pas bénéficié de mesures de prévention nécessaires à un changement de cette nature, qui ne peut que s’aggraver à mesure que l’utilisation de ces plateformes se généralise.

Enfin, ces accidents du travail n’ont pas fait l’objet de suivi par les médecins du travail pendant la pandémie.

La situation des interprètes est symptomatique de l’état délabré de la sécurité et santé au travail, alors que l’humain est au centre de la stratégie DG HR.  L’employeur est responsable de la santé et sécurité au travail.  Il doit désormais remédier de toute urgence à ses défaillances.

L’Union Syndicale demande à la Commission d’intervenir immédiatement en mettant en place, tous les moyens pour mener à bien les actions sur les plans individuel et institutionnel pour protéger la santé de nos collègues interprètes et des usagers des plateformes.  Ces mesures devraient inclure l’application rigoureuse d’une discipline adéquate en matière de microphone par les utilisateurs et une limitation de l’exposition conforme au principe de précaution.  Il n’existe aucune expérience à long terme de l’utilisation de ces plateformes qui ont été regroupées pendant la pandémie.

A ce dernier titre, l’Union Syndicale, soucieuse du bien-être du personnel et de l’application de l’Article 1er §6 du Statut, avait déjà signalé en octobre 2021 que le Service médical manque cruellement du nombre de médecins du travail prévu dans les textes communautaires.

Le Comité Exécutif

Union Syndicale Bruxelles

 

Consulter the resolution on auditory sound and health quality

Peut-être aussi intéressant