Président USB Niels Bracke et la défense du personnel

News
USB

Découvrez la déclaration du nouveau président de l’USB, Niels Bracke et son souhait de mettre la défense du personnel au coeur des préoccupations syndicales :

Mon premier objectif est d’unir, de regrouper les différentes institutions, organismes, organisations et personnes autour d’un but commun : la défense du personnel. L’Union Syndicale, qui est le plus ancien et le principal syndicat, se doit d’être à la pointe du combat visant à rendre au syndicalisme tout son sens et sa pertinence dans les institutions et les organes de l’UE.

Je voudrais aussi simplifier le fonctionnement de l’Union Syndicale pour rendre ses procédures plus efficaces et faciliter la prise de décisions. L’Union Syndicale doit se concentrer sur les aspects politiques qui comptent vraiment pour le personnel, par exemple l’avenir du Service public européen ou la mise en œuvre du Statut.

En ce qui concerne les défis à venir, certains sont extérieurs à l’Union Syndicale et d’autres sont internes. Les aspects extérieurs : je pense qu’il est essentiel que l’Union Syndicale soit en mesure de faire passer son message, car je crains que nous n’ayons, à ce niveau, le même problème que l’Union européenne : un très bon projet, de très bonnes idées, mais sans arriver à faire passer le message et à convaincre le personnel d’une part de la nécessité d’avoir des syndicats et d’y adhérer, et d’autre part de la grande valeur des compétences et des réussites de l’Union Syndicale. Le Comité fédéral de l’USF (Union Syndicale Fédérale) met en place une nouvelle stratégie de communication qui nous permettra de communiquer de manière plus cohérente et plus moderne avec l’ensemble du personnel. Il est aussi essentiel, et c’est lié, de renforcer le rôle des syndicats dans l’UE, rôle qui est malheureusement de plus en plus limité et mal perçu. Il devient de plus en plus difficile d’atteindre le quorum aux élections des Comités du Personnel, les collègues sont de moins en moins attirés par le syndicalisme et les syndicats sont de plus en plus fragmentés : il y a actuellement une vingtaine de syndicats pour environ 60 000 membres du personnel.

Cette situation s’explique, en partie, par le nombre de syndicats qui sont constamment en concurrence : à chaque élection du Comité du Personnel (généralement tous les trois ans), les syndicats se battent pour les voix du personnel, avec des campagnes qui n’incitent pas toujours les collègues à adhérer à un syndicat. Dans beaucoup d’Etats membres, il n’y a qu’un nombre limité de syndicats, ce qui fait leur force, alors que notre nombre quasi illimité de syndicats crée la confusion au sein du personnel. Du point de vue interne, je constate une volonté effrénée de réduire les coûts, qui ne vise pas à une meilleure efficacité mais uniquement à faire des économies : indemnités de missions, allocations scolaires, application extrêmement rigide des règles par le PMO, …

Nous devons nous concentrer sur nos points forts, à savoir des adhérents très compétents et engagés, et communiquer mieux ; nous devons aider nos adhérents à trouver une solution avant d’aller en justice. Mais, nous devons aussi mettre en avant notre système de soutien juridique très efficace grâce aux avocats spécialisés et expérimentés auxquels nous faisons appel. Je voudrais en revenir aux valeurs essentielles du syndicalisme : défendre nos membres dans une période de restrictions budgétaires. Je pense que nous devrions également mettre en place un répertoire de cabinets juridiques spécialisés dans les questions internationales, qui pourraient offrir aux membres de l’Union Syndicale une approche sur mesure pour ces questions. Un autre projet qui me tient à cœur est la création d’un marché interne de l’emploi pour les agents contractuels travaillant ou ayant travaillé dans les institutions, afin de leur permettre de trouver un nouvel emploi au Parlement, à la Commission, au Conseil ou ailleurs.  Nous avons envers le personnel un engagement qui dépasse les six années de contrat. Je suis convaincu que nous devons aider ces personnes.

Peut-être aussi intéressant

Bonne fête du travail 2024
USF

Nous souhaitons que tous les travailleurs aient le droit de participer aux processus de prise de décision afin de garantir leur droit

Lire plus
EPSU Manifesto for EU Elections 2024
USF

Au cœur de notre mission se trouvent le bien-être et les droits des travailleurs des services publics à travers l’Europe, soit 8 millions de personnes dont les voix méritent d’être entendues.

Lire plus