Pourquoi le personnel d’Eurocontrol se préparait à la grève

News
Eurocontrol

L’annonce d’une action syndicale au NMOC par la délégation de l’Union Syndicale à Eurocontrol le 5 juillet est suspendue après de longues négociations et d’intenses échanges de lettres.

C’est une bonne nouvelle, mais ce n’est pas encore la fin. Nos membres sont d’accord pour que nous poursuivions les discussions sur les questions en suspens soulevées dans l’annonce initiale dans le cadre du processus de consultation habituel. Nos membres attendent également que nous assurions et contrôlions la mise en œuvre de nos demandes.

Pour ceux d’entre vous qui se demandent pourquoi notre délégation à Eurocontrol a dû émettre un avertissement préalable d’actions industrielles, voici l’explication.

Pour la sécurité de tous

Au début du mois de juin 2023, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a publié son bulletin d’information sur la sécurité, qui met l’accent sur les risques éventuels apparaissant au cours de l’été 2023. Il reconnaît la forte reprise de l’industrie aéronautique au cours de l’été 2022 après deux années de réduction significative du trafic due à la crise de la Covid. Alors que l’AESA prévoit que les demandes de voyage et les niveaux de trafic pour l’été 2023 seront significativement plus élevés qu’en 2022, l’AESA souligne également des défis importants pour avoir suffisamment de personnel qualifié, de disponibilité d’avions, de pièces détachées et de créneaux horaires pour faire face à l’augmentation de la demande.

L’AESA a identifié certains risques qui devraient être pris en considération, notamment :

  • une gestion inefficace du changement
  • la pénurie de personnel opérationnel et technique (qui ne se limite pas aux équipages de conduite et de cabine)
  • Divers aspects des cyber-attaques
  • Perte de connaissances, d’expertise et de transfert d’expérience suite à la rotation du personnel
  • Interruption des programmes de formation à l’assistance en escale
  • Absence de fournisseurs et faible disponibilité des pièces
  • Manque de temps pour former correctement le personnel
  • Passagers perturbés
  • Problèmes de capacité

L’AESA est préoccupée par les risques pour la sécurité qui découlent d’un manque potentiel de personnel qualifié, ou qui sont amplifiés par ce manque, en particulier en combinaison avec la pression commerciale. Cette situation pourrait à son tour entraîner une fatigue accrue du personnel aéronautique, avec des conséquences potentielles sur la sécurité.

L’AESA n’est pas la seule agence à soulever des problèmes potentiels dans le secteur de l’aviation. L’année dernière, Eurocontrol, une agence qui gère le trafic aérien européen, a averti que 2023 pourrait être l’année la plus difficile de la dernière décennie en raison du conflit en Ukraine.

Il ne faut pas attendre longtemps pour que l’avertissement se concrétise et que les prédictions se réalisent. Après une réunion intense avec la direction de Network Manager le 4 juillet 2023, les représentants de l’Union Syndicale Bruxelles à Eurocontrol concluent que la direction n’est pas intéressée par un véritable dialogue social et continue d’agir de mauvaise foi.

Le 5 juillet 2023, l’Union Syndicale d’Eurocontrol a déposé plusieurs demandes dans l’intérêt de l’Agence, du gestionnaire de réseau, de ses parties prenantes (opérationnelles et États membres), du public voyageur en général et des employés de l’Agence. Les principales revendications sont les suivantes :

  • Le recrutement immédiat d’un certain nombre d’employés comme indiqué bien avant la réunion du 4 juillet 2023 pour assurer la prestation de services à l’été 2024 (l’Union Syndicale a soulevé la question depuis 2018 et a prédit la pénurie actuelle correctement, rendant l’action industrielle légale).
  • un plan stratégique détaillé en matière d’effectifs
  • Un changement fondamental dans la gestion ou le comportement de la gestion.
  • Un changement fondamental dans la façon dont iNM est organisé et géré pour récupérer une chance de succès. La partie la plus fondamentale du programme de remplacement du système de plus de 400 millions d’euros a été manquée en allant sur le marché sans une spécification claire de ce qu’il est censé faire.
  • Une révision de la structure des grades pour parvenir à un système équitable.
  • Un système de tableaux de service basé sur un accord et non imposé unilatéralement.

Sur la base des conseils de l’OIT, USB Eurocontrol a décidé d’entamer une action industrielle si ses demandes sont ignorées.

“Nous annoncerons les actions industrielles 5 jours à l’avance en précisant clairement leur nature et leur durée. Nous espérons pouvoir limiter nos actions au minimum en fonction des progrès négociés sur nos revendications afin de pouvoir nous concentrer à nouveau sur les attentes externes que nous avons envers nous tout en servant la communauté de l’aviation”.

 

Après l’annonce préalable, les délégués de l’USB ont été contactés par des représentants de la nouvelle DG de l’Agence pour tenter de trouver une solution à l’amiable afin d’éviter une action syndicale.

Bien qu’il y ait eu quelques spéculations sur l’impact potentiel d’une action industrielle, aucun commentaire sérieux n’a pu être fait car une telle action industrielle ne s’était pas produite avec des niveaux de trafic comparables et l’USB a été forcée pour la première fois de prendre cette mesure.

Après trois semaines de discussions intenses, un accord de principe a été conclu, prévoyant notamment une augmentation du nombre de recrutements pour 2023, ce qui correspond au maximum que le centre d’opérations puisse raisonnablement traiter. Cela ne résoudra pas la situation, mais c’est un début, en plus d’une acceptation de coopérer sur les besoins futurs en personnel.

L’accord prévoyait également une marche à suivre pour les questions relatives à la liste et à l’astreinte. Les autres questions, compte tenu de leur complexité, ont été renvoyées au dialogue social.

Lorsque les membres de l’USB EUROCONTROL travaillant au Centre d’opérations NM auront accepté la proposition, l’annonce préalable d’une action industrielle a été finalement retirée le 4 août.

En ce moment, nous espérons que le processus de consultation permettra de créer des conditions de travail meilleures et plus saines à Eurocontrol, pour le bien de tous.

Peut-être aussi intéressant