Nomination controversée de Selmayr

News
USB - Commission

La nomination controversée de Selmayr à la Commission provoque le débat

Cette semaine, le Parlement européen a discuté de la nomination controversée de Martin Selmayr au poste de secrétaire général de la Commission européenne. Cet ancien chef de cabinet du président de la Commission, M. Juncker, a obtenu ce poste à l’issue d’un processus de nomination bâclé, dénoncé par Jean Quatremer, journaliste bruxellois du journal français Libération. Günther Oettinger, le commissaire européen responsable du processus, a dû faire face à des questions difficiles de la part d’un Parlement européen très critique. Alors que les partis d’extrême droite ont tenté d’exploiter la situation à leurs propres fins, les questions les plus graves ont été soulevées par les Verts, la gauche et les libéraux. Les députés européens ont souligné que la Commission européenne devrait être exemplaire dans son administration et ne pas ignorer les procédures qui sont là pour empêcher le népotisme. La commission du contrôle budgétaire du Parlement européen va maintenant examiner l’affaire.

Nous avons également notre propre cas d’une Commission qui ne respecte pas ses règles. La semaine dernière (5 mars), la Commission européenne a envoyé une lettre informant les partenaires sociaux des administrations centrales que leur accord ne vaut effectivement pas le papier sur lequel il est écrit. Il y a deux ans, le 9 mars 2016, la commissaire à l’emploi, Marianne Thyssen, nous a dit qu’elle traiterait notre accord comme tous les autres accords des partenaires sociaux. Elle a déclaré que la Commission procéderait à une analyse d’impact proportionnée. Toutefois, cette déclaration n’était pas jointe à la lettre et son existence n’a pas été confirmée par notre demande formelle d’accès aux documents relatifs à l’accord.

Il a fallu deux ans à Thyssen pour arriver à la conclusion que les travailleurs des administrations publiques ne méritent pas les droits d’information et de consultation prévus par la législation européenne. Et ce, malgré le Fitness Check (2013) et la première phase de consultation (2015) sur les directives relatives à l’information et à la consultation, qui ont souligné la nécessité de remédier à cette exclusion. Le pilier européen des droits sociaux stipule que TOUS les travailleurs de l’UE devraient avoir des droits d’information et de consultation, mais le commissaire les refuse aux personnes travaillant dans les administrations publiques. Elle laisse les travailleurs tomber et nous ne laisserons pas cette discrimination s’arrêter.

Il est intéressant de noter que la nomination de Selmayr, en tant que chef de cabinet de Juncker à la Commission, a certainement été impliqué dans l’obstruction d’une décision positive, en tant que personne ayant la réputation de s’immiscer et de chercher à être maître de l’agenda. Nous savons que M. Juncker a commis une gaffe en ce qui concerne un accord entre partenaires sociaux dans le secteur de la coiffure lorsqu’il a répété la ligne de l’ancien président de la Commission José Manuel Barroso, selon laquelle l’UE ne devrait pas s’occuper des talons hauts pour les coiffeurs. C’était complètement absurde, car l’accord des partenaires sociaux vise à améliorer la santé et la sécurité des coiffeurs et ne dit rien sur les talons hauts. Mal informé et incapable d’admettre que le président de la Commission ne savait pas de quoi il parlait, il est certain que Selmayr a influencé les services du Secrétariat général pour bloquer l’accord sur les coiffeurs. Et comme ils n’avaient aucune raison réelle de bloquer celui-ci, ils ont dû bloquer également l’accord avec le gouvernement central, leur donnant ainsi la possibilité de s’installer comme procureur et juge en même temps. Dommage que le traité ait dû être violé, car qui oserait les défier ? Il faudra peut-être des années avant que les documents internes qui sous-tendent ma lecture ne soient disponibles. Nous savons que ces violations du code de bonne conduite administrative de la Commission sont extrêmement démotivantes pour les travailleurs des administrations publiques, comme nous l’ont dit le personnel de la Commission et leurs représentants syndicaux.

Comme l’ont souligné de nombreux députés européens, cette histoire de nomination de Selmayr à la Commission ont un impact très négatif sur l’UE. Les eurosceptiques et l’extrême droite ne sont pas les seuls à en profiter pour dénigrer le travail incroyable d’hommes et de femmes dévoués au service de l’intérêt public. Ils sapent également la position de l’UE face à des gouvernements corrompus qui ne respectent pas l’État de droit dans l’UE, dans notre voisinage immédiat et au-delà. La FSESP a récemment envoyé des lettres de protestation aux ministres de Macédoine et d’Ukraine pour leur demander de cesser de s’ingérer dans les affaires de l’Union. La corruption et l’absence d’État de droit sont à l’origine de grandes difficultés pour nos affiliés. De même, en Turquie, où nous soutenons les syndicats turcs pour la liberté d’expression, nous condamnons la peine infligée au journaliste Can Dündar pour avoir rapporté que la Turquie avait livré des armes aux djihadistes. Le journalisme n’est pas de l’espionnage. Pour de telles protestations, il est essentiel que nous ayons une Commission européenne qui respecte ses propres règles.

Ailleurs, les syndicats continuent de se mobiliser dans le cadre de la campagne “#ourpayrise”. Nous avons envoyé nos salutations de solidarité aux syndicats français représentant les travailleurs du secteur des soins aux personnes âgées qui organisent une nouvelle grève nationale le 15 mars. Ils en ont assez de la pénurie de personnel qui entraîne le stress et l’épuisement professionnel. Les travailleurs du secteur des soins méritent le respect et une augmentation de salaire décente. Et c’est aussi ce que veulent les travailleurs des services publics danois maintenant que l’économie va mieux. Mais les employeurs continuent de proposer de faibles augmentations de salaire. Il y a maintenant une phase d’arbitrage, après laquelle des grèves auront lieu. Les syndicats ont annoncé des actions ciblées impliquant 10 % de la main-d’œuvre, mais les employeurs ont réagi en menaçant de mettre en lock-out 90 % des employés de l’État et la moitié des employés municipaux. Il s’agit d’une réaction extrêmement hostile qui touche les travailleurs, leurs familles et les communautés. Nous vous demanderons votre solidarité avant un rassemblement national des syndicats danois le 22 mars.

Entre-temps, nos collègues allemands de Ver.di en sont au deuxième cycle de négociations. Ils cherchent également à obtenir une augmentation de salaire pour les travailleurs des services publics et prévoient des grèves d’avertissement dans le courant du mois pour soutenir leurs négociations. Derrière toutes ces batailles, et d’autres en Slovénie et au Portugal, par exemple, il y a les politiques d’austérité, ou comme on l’appelle maintenant la “résilience”.  Nous souhaitons à tous nos collègues des campagnes fructueuses. Ensemble, nous pouvons faire plus.

Peut-être aussi intéressant

Actualisation annuelle 2023 : +2,7 %
USB - Consilium

L’actualisation des rémunérations et pensions, sur la base de la Méthode mise au point par l’Union Syndicale il y a maintenant 50 ans, vise à nous garantir le parallélisme avec les rémunérations des fonctionnaires des États membres

Lire plus
US Flash Octobre 2023
USB - Consilium

Certification; Règles du RCAM et utilité de donner procuration; L’affaire Picard – Quelle signification pour le personneldu SGC?

Lire plus