L’USF dénonce la précarité contractuelle dans les services publics européens.

Le Congrès est convaincu qu’une politique de gestion des contrats équitable, respectueuse des droits consacrés dans la Charte sociale européenne et les directives européennes pertinentes, est seule garante de la compétence, de l’indépendance et de la permanence du service public européen dont le rôle, au vu des tendances préoccupantes se développant en Europe, est aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

L’USF osberve une précarité contractuelle avec une nette tendance croissante à offrir des contrats à durée déterminée et des contrats temporaires dans les organisations du service public européen sous prétexte de flexibilité et de difficultés économiques. De plus, ces contrats couvrent des besoins structurels et non temporaires en termes de ressources humaines.

Cette tendance induit une précarité contractuelle croissante des emplois dans les services publics européens et rend vulnérable une part important des agents de la fonction publique européenne. En effet, elle affecte leur bien-être au travail (pressions à la performance, chantage au renouvellement de contrat, etc.). Cela engendre un manque de cohésion au sein des équipes et nuit donc à la bonne réalisation du travail au sens large. Il est aussi important de rappeler que la précarisation contractuelle nuit à l’attractivité du service public européen.

Lire l’entièreté de la Résolution sur la précarité dans les SPE.